1er JUIN 2007 EPILOGUE

Publié le par yves Buffet

1er JUIN 2007 Epilogue

 

L’aventure a été enrichissante par bien des aspects.

Face à la mer, je suis parti humblement, sans certitudes, sauf celle de vouloir concrétiser un très vieux rêve. 
Je me disais « fait le maximum et si cela ne va pas tu auras au moins essayé ». J’ai réalisé mon objectif et j’en reviens extrêmement satisfait, c’est un bon moyen pour un petit peu mieux se connaître, vaincre ses propres craintes et repousser un peu ses modestes limites.

J’ai acquis un grand bateau, avec de grandes qualités et je suis convaincu de mon choix. Il est peut-être à l’extrême limite du raisonnable pour un homme seul mais une fois les défaillances réparées, j’espère que nous ferons une bonne équipe. 
Arrivé maintenant à destination, je vais prendre le temps d’encore mieux le connaître et d’en bien maitriser tous les aspects. 
Evaluer le chemin qu’il me reste à parcourir pour acquérir le niveau que je souhaite atteindre, par goût et par besoin. La partie voile et navigation sera la plus simple, mais la complexité en particulier des équipements ou installations électriques me donnent quelques craintes.

Je dois un peu tempérer ce bilan  positif et optimiste et ne pas sembler présomptueux, ce serait un trop grand risque. Je n’oublie pas que je n’ai pas été seul pour accomplir ce périple, j’en aurais bien sûr été incapable, physiquement et techniquement.

J’ai été pris en charge par un homme Dominique Raymond Espérance que je tiens ici à remercier. Je crois que tout ce qui a été fait à bord du bateau, je l’ai compris et validé tacitement ou explicitement. Mais si j’ai contrôlé, je n’ai quasiment rien eu à dire, Raymond a maitrisé la situation dont il avait la responsabilité. C’était sa mission, il s’en est parfaitement acquitté. Pour un éventuel nouveau long voyage, je ferai à nouveau appel à lui.

Pendant notre voyage les problèmes relationnels n’ont pas toujours étés simples, si les  « prises de bec » qui n’ont pas manquées de se produire, sont sommes toutes restées dans la limite du raisonnable. Pourtant, quelle expérience, dans un petit univers restreint, quatre hommes qui ne se connaissent pas, essayent de coexister pendant presque un mois. Nos profils étant si différents qu’à priori rien ne nous disposait à nous rencontrer. Cette fois le vieille adage a eu tord, ce sont les meilleurs qui sont restés...

Le dernier point positif est ce blog. Huit jours avant de partir, je ne savais pas ce que c’était. Comme beaucoup de gens, je pense, quand il faut écrire une lettre privée, c’est une corvée à laquelle  j’essaye de me soustraire. Pourtant, je me suis astreint à vous transmettre mes petits messages, cela m’a prit du temps, mais de plus en plus de satisfaction. En fait maintenant vous allez me manquer.

Vivement que j’entreprenne autre chose ? Non. Les meilleures choses ont une fin.

FIN.

 

PS : Merci pour votre attention et votre indulgence.

 

 

Quelques chiffres

1944 Mile parcourus

2 3 Jours de voyage

386 Heures de navigation

201 Heures de moteur

1665 Litres de gasoil

8,3 Litres de gasoil par heure moteur

Rappel itinéraire :

Port Napoléon    1-Mahon /Minorque    2-Carthagène/Espagne   3-Gibraltar

4-Cascais/Portugal    5-Baiona/Espagne     6-Portosin/Espagne     7-Port Médoc

Publié dans récit du voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article